Votre psychologue Lydie SALINAS-HAREL

Agrandir le texte A | A+ | A+

Pratiques systématiques


Elles permettent de travailler sur deux axes :

- Celui de la communication et des relations :

Lorsque le patient vient avec des préoccupations relationnelles (chez lui, au travail, avec ses amis), nous examinons très concrètement ce qui se passe dans les intéractions, Quelles sont les positions psychiques que le sujet adopte avec telle personne, que se passe-t-il dans l'échange (lors d'une dispute par exemple).
Le travail peut alors prendre de façon très pragmatique l'allure d'une étude de cas et le patient peut repartir avec des exercices à réaliser lors de ses échanges avec les autres. Concernant la vie de relations, il s'agit avant tout de voir quelle est la nature des éprouvés d'équilibre et de justice : le patient se sent-il généralement lésé dans les échanges interpersonnels, les mouvements de Donner/Recevoir sont-ils ressentis comme équitables.

- Celui des structures familiales :

Avec le patient, nous analysons sa/ses famille(s) (ses lignées maternelle et paternelle et sa famille actuelle s'il en a créé une), nous regardons alors de nombreux aspects,
notamment :

- Les messages, voire les mythes, véhiculés dans ses lignées d'origine, Par exemple « dans notre famille, les femmes doivent être fortes » ou « dans notre famille, on ne montre pas quand on va mal »

- Les événements de vie (au niveau des parents, des grands-parents, des arrière-grands-parents) qui ont marqué la famille et traversé la mémoire des générations, Par exemple un enrichissement ou au contraire un appauvrissement, un accident ou bien un changement de région ou de pays, ...

- Nous allons également nous intéresser aux métiers des personnages familiaux, aux activités de prédilection, aux affinités ou aux conflits entre personnes, ...

- Nous nous interrogeons aussi sur les possibles « programmes » que porte le patient, sur la place qui lui est attribuée ou qu'il s'est attribuée dans sa famille, dans sa fratrie.

Tous ces éléments nous éclairent pour repérer ce qui a traversé les générations, est arrivé jusqu'à la personne qui consulte et le détermine dans ses choix, ses comportements.
On peut ainsi voir ce qu'elle s'est approprié de la culture familiale, ce qui lui convient, la dynamise, ou au contraire la freine dans son épanouissement.

Dans cet aspect du travail, je m'appuie sur un outil de psychogénéalogie qui peut s'avérer très puissant pour mettre en lumière certaines zones de la vie du patient. Il s'agit du Génogramme (ou Génosociogramme), avec lequel on met en schéma les personnages familiaux, les liens qui les unissent, les dates importantes. Le schéma ressemble à un arbre généalogique, bien que l'esprit avec lequel il est dessiné soit différent : nous allons nous baser sur ce qui est en mémoire chez le patient, sans chercher forcément la précision des données (la personne est toutefois libre d'aller recueillir des détails précis si c'est important pour elle de le faire).

Liens :

Retour à ma pratique


Lydie Salinas-Harel, psychologue à Rouen (76 - Seine-Maritime), propose des thérapies pour adulte, pour les couples, des thérapies familiales mais aussi des thérapies pour votre enfant ou adolescent. N'hésitez pas à prendre contact avec le psychologue Salinas. Elle répondra à vos questions et vous proposera un rendez-vous à son cabinet de Rouen. Que vous soyez en Seine Maritime, dans l'Eure (Vernon, Evreux) ou à Paris, le psychologue vous reçoit du lundi au samedi sur rendez-vous.